….Et comment éviter que l’équivalent de 61 millions de containers voyagent à vide chaque année entre l’Asie, l’Europe et les USA ? Ou encore comment optimiser la livraison sur le dernier kilomètre en utilisant des utilitaires électriques à la place de camions, pour le même nombre de colis, le même poids, mais deux fois moins de volume ?

J’ai fait moi-même l’expérience, cette semaine, de réceptionner un carton “standard” 30 x 30 x 30 cm pour deux slips de bain. Ok, il y a un peu de volume à envelopper chez Jean Veloppe mais il y avait surtout de l’air dans ce colis, du vent !

L’excellente revue de presse du SNCD nous apporte une première réponse.

Elle nous invite à cliquer sur le papier de Virginie Garin, journaliste à RTL. Dans cet article on nous explique que désormais l’intelligence artificielle s’est attelée à ce problème chez les logisticiens.

J’aimerais compléter la réponse de RTL avec celle d’ITL qui n’a nullement besoin d’IA pour être mise en oeuvre. Mais tout simplement d’un peu de bon sens en partant de trois principes :

1- une personne qui a l’habitude d’acheter à distance et qui le prouve par un achat récent est susceptible de racheter dans un délai relativement court si elle est satisfaite de son achat

2- en se basant sur la nature des produits contenus dans le colis on peut aisément déduire le comportement d’achat du destinataire

3- l’espace vide du colis peut non seulement être optimisé mais il peut aussi et surtout, être monétisé en le mettant à disposition de partenaires qui s’adressent à la même typologie de clientèle, qu’on l’appelle cible ou persona.

Chez ITL, ils ont aussi leur Grosse Tête ! En l’occurrence le sieur Basile Koli, qui n’envoie pas dans le vide ! Dans un petit film sur le site www.asile-colis.fr, il vous explique pourquoi la société ITL s’est, entre autres, spécialisée dans l’optimisation marketing de l’espace restant dans les colis. Elle propose en effet d’y insérer des asiles-colis sous forme de flyers, self-mailer ou échantillons comme de véritables chevaux de Troie. 

Optimisez vos actions marketing avec l’asile colis

Quand je lui ai demandé si ça fonctionne, il m’a montré quelques statistiques dont celles d’un marchand de vins du Sud-Ouest lequel insère depuis de nombreuses années une offre découverte très attractive dans des colis de confrères -forcement- non concurrents. Résultats ? Ses messages insérés dans les colis d’un fabricant de galettes et crêpes bretonnes lui ont ainsi rapporté 3,44% de commandes. Ce n’est certes pas la moyenne habituelle sur l’ensemble de ses campagnes de plusieurs centaines de milliers d’asiles chaque année, mais ces statistiques obtenues en pleine crise des gilets jaunes, atteste que les acheteurs qui ont commandé malgré cette période agitée étaient forcément les plus motivés et les persona grata c’est-à-dire sa cible idéale.

Et en B to B ? lui demandais-je. Le site www.asile-colis.fr d’ITL, m’a-t-il répondu, donne aussi la possibilité d’accéder aux 300 000 colis de l’équipementier Würth ouverts chaque mois par une cible principalement masculine d’artisans de l’automobile et du bâtiment. Un exemple parmi les 119 sociétés qui proposent de véhiculer vos messages via ITL.

Et pour conclure il a rajouté, en allant droit au but, cela va de soi, que les commerçants qui acceptent plusieurs asiles (car des flyers ça prend peu de place !) peuvent gagner beaucoup d’argent à raison de 10 à 12 centimes pièce. Qu’ils fassent le calcul !

Finalement, faire de l’argent avec du vent n’est pas qu’un rêve d’enfant !

Partagez cette page